samedi 27 septembre 2014

Loi de Swoboda-Fliess-Teltscher

Loi des rythmes biologiques


Chaque individu est animé de multiples rythmes biologiques, et le respect de nos horloges internes permet de tirer parti de nos périodes de grande forme, et également de respecter nos périodes de récupération.


Nous marchons sur courant alternatif !

Cette loi tire son nom des trois pionniers qui ont mis en évidence de la notion de rythme biologique.

Notre relation au temps se construit sur un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont encore mal connus : génétique, horloges internes, mécanismes d'adaptation, fonctionnement hormonal, mais aussi contexte culturel, éducation et conditionnements... et beaucoup d'autres que mon ignorance ne me permet pas de citer.

Un autre paramètre connu pour son impact sur l'efficacité réside dans l'existence de rythmes dans lesquels s'inscrit l'activité humaine : rythmes liés à notre environnement (par exemple les saisons), à notre physiologie (par exemple l'alternance nécessaire entre veille et sommeil) et aussi rythmes "sociaux" (congés, jours fériés, horaires à respecter).

Tout cela met en évidence que la vie de l'être humain en tant qu'individu autant qu'en tant qu'espèce, est articulée autour de la notion d'alternance. En caricaturant, on pourrait dire que nous marchons au courant alternatif !

S'agissant des rythmes biologiques vécus par l'être humain, il apparaît que celui-connaît plusieurs cycles d’énergie selon les saisons et les heures d’ensoleillement, mais aussi dans la journée (nous avons généralement un meilleur rendement le matin, avec un nouvel élan en fin d’après-midi, nous avons par ailleurs besoin d'avoir pauses et de nous restaurer tout au long de la journée).

Conséquences

De ce que nous avons vu ci-dessus, il ressort que nous gagnerions à :
  • prendre conscience des rythmes qui concernent notre environnement (au travail, à la maison, dans notre couple ou notre famille...)
  • mieux connaître nos propres rythmes biologiques pour trouver les meilleurs compromis entre ce que demande notre corps et ce que demande notre environnement (sommeil, faim, énergie, concentration...)
Cela peut se traduire par exemple par une attention particulière à l'alternance entre activité et récupération (condition du maintien de notre intégrité physique et morale), mais aussi par le repérage des moments où nous sommes le plus efficace pour y loger les activités à valeur ajoutée.

En savoir plus sur Swoboda-Fliess-Teltscher

Hermann Swoboda (1873-1963) était professeur de psychologie de l'université de Vienne. Il effectuait des recherches sur les biorythmes, dont le conclusions furent que l'être humain est régi par une horloge biologique, qui gère un cycle émotionnel et un cycle physique.

Il avait pu observer que ses élèves bons et moins bons avaient des résultats irréguliers et cela par période.
Il se plongea dans un travail de recherche durant de nombreuses années, et il consigna tous les comportements cérébraux de ses élèves.


Wilhem Fliess (1858-1928), médecin allemeand de son état, découvrit que nous étions dotés d'une horloge biologique interne. Il  conclut à l'existence de deux cycles biorythmiques répétitifs,  le premier cycle de 23 jours qui influerait sur notre forme physique et qu’il appela le « cycle biorythme physique », et un deuxième cycle, lui de 28 jours, qui influerait sur nos émotions et qu'il appela le « cycle biorythme émotionnel ». Fliess est également à l'origine de plusieurs spéculations au sujet de la sexualité.


Alfred Teltscher était un ingénieur autrichien. Professeur de Génie mécanique à l'université d'Innsbruck, décida dans les années trente d'effectuer des recherches afin de voir si ces théories sur les biorythmes pouvaient s'appliquer à son domaine. A cette fin, il étudiera les performances de ses élèves en fonction du temps.
Il met en évidence un cycle intellectuel d'une durée de 33 jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...